Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ECOLE DE SKI FREESTYLE

CONDITIONS
Stage 6 jours
Du Dimanche au Vendredi
Prix: 315€

 

RESERVATION
ESF la PLAGNE
04 79 09 00 40

r-servez.jpg

 

 

 

 

contact

 guiguiroussier@yahoo.fr

FRESTYLE motion

25 septembre 2006 1 25 /09 /septembre /2006 11:38

PROTECTION DORSALE

voila la protection idéale...pour plaquer sur le dos a laize...même pas mal...

Partager cet article

Repost 0
Published by Guigui - dans Matériel
commenter cet article
25 septembre 2006 1 25 /09 /septembre /2006 11:19
Vocabulaire Freestyle

Le freestyle est un art très compliqué à comprendre. Contrairement à nos chèrs amis freeriders,le vocabulaire est beaucoup plus riches mais il est aussi beaucoup plus pointilleux!! Par exemple,il suffit de graber 5cm en arrière pour que le nom du grab change. En gros,le freestyler est une personne compliquée et qui ne se satisfait pas du plus facile.

Pour aider les snowboarders qui s'aventurent dans la section ski à mieux comprendre notre langage, et pour aider le freestyler novice à mieux se familliariser avec le vocabulaire, voici ce petit dictionnaire
.


I.Les modules

-Le Big air : ou ''kicker'',c'est une bosse d'une taille qui varie selon le plat derriere,la bosse peut faire 50 cm de hauteur comme elle peut en faire 4m,la longueur de cette bosse varie egalement selon la longueur du plat.Il y'a donc un plat(ou flat en anglais)à sauter,ce plat peut faire 2m comme il peut en faire 30.Il y'a une reception(ou landing en anglais) aprés ce plat,plus ou moins longue.
On peut aussi dire une table,tout simplement parceque le module aura la forme d'une table,il n'y a pas de bosse:une montée,un plat en haut de cette montée puis la reception.

-Le Hip : ou ''spine'',on saute normalement mais au lieu de raterir devant(en ligne droite),on ira soit vers la droite,soit vers la gauche,on saute vers le coté.Ce qui n'empeche pas de sauter le hip en entier si la vitesse qu'on a prise le permet.

-Le Half-Pipe : c'est un demi tube de neige,une rampe si vous preferez...Un bon pipe peut mesurer 100m de long avec des murs de 4-5m de haut.
->La transition:c'est le milieu du pipe,entre les deux
murs.
->Le coping:c'est toute la partie en haut de chaque mur,c'est la partie ou on remonte(à pied)On mesure la hauteur d'un saut en pipe par rapport au coping,c'est l'endroit ou le rideur sort de la courbe pour prendre de l'amplitude.

-Le Quarter face : c'est juste un mur de pipe(en gros).C'est beaucoup moins long(pas besoin de 100m!)mais souvent plus haut.Ca peut mesurer 8m pour les gros quarters.

-Les rails : ou slide,ce sont des barres de fer ou en bois ou ce que vous voulez,on se place dessus et ça glisse!
Il y'a beaucoup de rails differents:
-plat tout simple
-descente tout simple aussi
-plat-descente
-descente-plat-descente
-plat-descente-plat-descente
-montée-plat-montée
-plat-monté-plat
-monté-plat-descente(A)
Pour tous ces rails on peut imaginer beaucoup de combinaisons,ceux qui sont au dessus sont les plus courants,vous pouvez trés bien avoir un monté-plat-descente-plat-descente ou meme simplement un descente-plat.
-rainbow
-monté-descente
-vagues
-C
-S
-U

Pour les cinq derniers,on les represente par des lettres simplement parce qu'ils ont la forme de ces lettres.

Il y'a aussi les boxs(boite)ce sont des rails trés larges,au moins 30cm,tu peux passer droit dessu(c'est à dire sans faire de 90°)tu feras alors un 50/50(fifty/fifty)pour dire comme en snow.

Il y'a aussi les walls,c'est un mur(n'importe quelle matiere)on glisses dessus,le rideur est alors à la verticale.

-Step Up : C'est une bosse ou l'on va receptioné plus haut que du point de la bosse.Souvent placé devant des corniches,des petits rochers,on va chercher à aterrir en haut...Il faut souvent beaucoup de vitesse.Le setp Up sont souvent des gaps*.

*-Un gap : c'est un big air normal mais avec un creux au milieu,il y'a donc la bosse,disons 4 m de haut,le vide puis la reception disons à 2m de haut.Normalement la reception est la meme hauteur que le plat sauté.

-Un transfert : c'est quand il y'a deux big air cote à cote,on prend la bosse du big air de droite pour raterrir sur la recetpion de gauche(ou l'inverse),c'est donc en diagonale et souvent en gap.



II.Les grabs


-Le Safety : Consiste à attraper le ski au niveau de la fixation avec la main du coté de ce ski (genre attraper le ski droit avec la main droite).
Variante du Safety, le Lui Kang, meme chose sauf qu'en meme temps que le grab tu tend l'autre jambe.

-Le Cross : C'est juste croiser ses skis,t'a rien à attraper,juste à croiser(devant la fixation)

-Le Mute : il consiste à attraper le ski inverse de la main qui grab devant la fixation, généralement on croise les skis en faisant ce grab (par exemple ta main droite attrape ton ski gauche devant la fixation sur la carre extérieur).

-Le Japan : La main attrape le ski opposé en passant dérriere le corps (elle attrape le ski dérriére la fix,en gros tu attrapes ton ski gauche avec ta main droite).

-Le critical : meme chose que le japan,sauf que c'est devant la fix(et non derriere).

Pour le Japan et le critical la jambe qui n'est pas grabée doit etre tendue..

-Le Brebis : Attrape le ski avec la main du coté du ski devant la fixation sur la carre intérieur (tu attrapes la partie droite de ton ski gauche devant la fix avec ta main gauche par exemple).

-Le Phil-grab : Tricks créé par les 3 Phil (Phil Dion,Belanger et Larose). Il consiste à croiser ses skis et attraper son ski gauche avec sa main gauche sur la carre exterieur(ou l'inverse,main droite...)safety avec les skis croisés en gros...

-Le Front (ou Nose) Grab : Pareil que le critical sauf que tu attrapes plus vers la spatule

-Le Rocket Air : C'est un front(ou nose)grab mais sans la jambe tendue,en gros disons que tu attrapes la spatule avant de ton ski gauche avec ta main droite.(les skis sont cote à cote)

-Le Tail Grab: Consiste à attraper le ski dérriere la fixation généralement en croisant les skis, avec la main qui est du coté du ski grabé.
Variante,le true tail-grab(ou blunt) ou tu attrapes à la spatule arriere(plus dur)

-Le Tell Grab : On peut l'inclure avec les autres mais bon,c'est pas trop repandu ou alors involontairement...C'est un tail grab mais sans les skis croisés,tu attrapes donc juste la spatule arriere.
Mick deschenaux fait des tail defois qui rejoigent des tell grab(mais il y met du style donc c'est zoli...)

-True Tail grab ou blunt : C'est un tail grab mais on grab le ski au vrai tail du ski. Candide Thovex est le créateur du tricks mais Tanner Hall en fait de magnifique aussi.

Il y'a d'autres grabs mais on ne les voit pratiquement jamais(huntony par exemple)

Tweaker un grab : C'est faire son grab(normal)et accentuer ce grab(en mute par exemple tirer le ski pourq ue ce soit plus croisé)Tweaker n'est pas forcemment plus jolie.



III.Les rotations

Toutes les rotations horizontalles normalles : 180°(un demi tour), 360°(un tour), 540°(un tour et demi), 720°(2 tours), 900°(2 tours et demi), 1080°(3 tours), 1260°(3 tours et demi), 1440°(4 tours) etc...

On peut entendre aussi des abreviations:
360°=3.6(à dire trois-six)ou 3(à dire trois)
540°=5 ou 5.4 ou 5.40(le dernier à dire cinq,quarante)
720°=7 ou 7.2 ou 7.20
900°=9
1080°=1000 ou 10

Le fait de les prendre en switch ou en fakie(ou encore en cab) fait qu'on les prend en étant en arriére au départ, de plus un 540 sera replaqué en fakie tout comme le 180, 900 etc...

Le No Spin(ou zero spin) consiste à faire un fakie to fakie c'est a dire qu'on part en arriére et on fait un saut droit pour retomber en arriére->switch to switch.

Les rotations peuvent etre assortie de grabs, par exemple un 360° safety sera une rotation d'un tour et demi avec un safety(attraper son ski avec la main du meme coté que ce ski)

On peut dire ''late'' quand on lance la rotation au dernier moment.C'est à dire que quand on arrive sur le kicker,on reste ''droit'' le plus longtemps possible est on tourne à la fin du saut.Ca se fait sur des petites rotations(180,360),il est impossible de lancer au dernier moment un 1080 ou un rodéo par exemple.

Les petites rotations ne sont pas forcemment plus simples que les grosses sur de gros sauts.Un 180 peut s'averer plus difficile qu'un 360 sur un big air de 25m.Tout comme le zero spin,trés dur à realiser sur de gros sauts.Comme il y'a peu de rotations on doit gerer sa vitesse,sa stabilité.

Les rotations horizontales peuvent etre desaxées :

Les corks (ou corkscrew) et Bio (ou Biospin), il s'agit de faire une rotation desaxé,les skis ne seront plus parraléle au sol mais perpendiculaires au sol et c'est le rider qui lui est parralèle et fait donc la rotation, si les skis sont devant lui on appelle cela un cork, si il a la tete devant c'est un bio.(cork on lance vers l'arriere et bio vers l'avant) A noter que le cork est une figure trés présente il s'agit cependant plus d'une ''nuance'' à la rotation qu'une figure en elle meme.
On dira cork 360, cork 900 etc...

Le Flatspin : Consiste à faire une rotation en ayant le corps et les skis parraléles au sol,on lance un back-flip horizontalement(en gros)ça se fait beaucoup en 540,c'est dans le mouvement




IV.Les flips


Le Backflip : Saut perilleux arriere
Le Frontflip : Saut perilleux avant

Superman frontflip : c'est une variance du frontflip,on se jette la tete en avant(comme en saut de l'ange)et on passe la tete pour passer son frontflip au dernier moment.Comme quand Superman vole,c'est pour ça qu'on apelle ça comme ça.

Le Rodéo : Backflip + rotation, genre tu fait un rodéo 540 tu fait ton backflip et en meme temps tu tournes et retombe en fakie.Tu lances de coté en arriere.

Le flair : c'est comme en pipe,tu fais un back flip et tu enclenches le 180 quand tu commences à voir la reception.

Le misty : Frontflip + rotation.(meme chose que le bio mais en passant la tete en bas.)

Le misty et le rodéo se passe au moins avec une rotation 540 sinon un rodéo ou misty 360 ressemblera plus à un lincoln ou un cork 360.Ce ne sera plus veritablement un rodéo ou misty.

Le Lincoln : Rotation la tete en bas, en fait imagine que tu prends le saut mais quand tu sautes tu penche la tete vers la droite (ou la gauche) et la tete passe ensuite sous ton corps, comme si on était posé sur le kick et qu'on voyait ta tete décrire un mouvement circulaire dans l'espace.

Le D-Spin : Une des plus dure à expliquer,tu fais un cork 360 et puis un back-flip en gros,c'est dans le mouvement.

Le Back-full : C'est un backflip assorti d'un 360°.(c'est une figure que l'on voit beaucoup en ski acrobatique..sauf qu'eux souvent ils la mette en double ou avec des back flip avec donc...)

L'Underflip : un melange de lincoln et de front..tu fais un front de coté pour te retrouver en switch...


V.Pipe


Un drop : c'est rentrer dans le pipe,descendre le long du coping et d'un coup s'engager dans la courbe.C'est assez technique(mais surtout en snow)Le but du drop est de prendre le maximum de vitesse.

Un Air : c'est un simple saut,aucun tricks(à part un grab).

Le Flair : consiste à faire un back-flip 180(tu peux rajouter de la rotation,genre flair 360)

Le Mac Twist : front flip 180(meme chose tu peux faire des mc twist 720,900..)

Alley oop : c'est ''remonter'' le pipe,sauter dans le sens inverse de la courbe.



VI.Slide


Pour parler des slides(ou rails,grinds,etc..) ou des receptions en slide on utilise l'adjectif anglais ''to'', ainsi on peut parler de 450 to rail ce qui signifie une entré en 450 puis posage sur le rail. On peut aussi faire l'inverse, un rail to 630 signifira la prise d'un rail suivie d'une sortie en 630(1 tour 3/4).

Les rotations sur rails sont : 90°(un quart de tour), 270°(trois quart de tour), 450°(un tour un quart), 630°(un tour trois quart), 810°(2 tour un quart) etc (car il faut se poser avec 90° de décalage sur le slide).


Les sorties sur rail(270,450,etc)peuvent s'effectuer des deux cotés de rotations(en natural et en unnatural)on dira alors sortie en front ou sortie en back...(comme en snow)

On peut slider normalement mais aussi en nose slide (c'est à dire l'avant des skis sur la barre) ou en tailslide (l'arriére...).


Lipslide : c'est comme en skate,en snow,etc..tu arrives genre face à un rail,tu arrives à gauche,ton tail passe par dessus le rail pour slider alors qu'en normal,ton nose passe par dessus le rail...




VII.Le flat

Le flat,c'est executé des ''figures'' au sol(flat=plat).
C'est à dire concretement utiliser les pistes:les ruptures de pente,les bords de piste ou tout simplement des pistes pas trop pentue pour enchainer des tricks...

En flat il y'a donc les tricks de base:le ollie(comme en skate),le 180,à la limite le 360,le tail press(rester sur l'arriere des spatules wheeling,ou manual tail...comme vous voudrez..)nose press(rester sur l'avant des spatules...)

Le flat consiste donc à faire ces petites figures sur des pistes.
exemples:
-switch 360 sur une petite rupture de pente

-switch 180 to tail press to 180
Tu pars donc en arriere,tu fais un 180(tu te retrouves en avant),tu dois plaquer ton 180 sur tes spatules arriere(tail press),tu essayes de rester le plus longtemps possible en equilibre et tu refais un 180 pour te reretrouver en arriere comme au debut.

Il y'a beaucoup de possibilités.

On utilise aussi le flat pour les kickers et les rails:
Le mot butter(employé au snowboard)signifie changer de sens(normal ou switch)juste avant le kicker,tu pars,tu as pris de l'elan et 5,10m(ça depend du kicker)avant tu te met dans le sens contraire(Si tu etais en normal,10 m avant tu te met en switch.Tu dois tourner sur tes spatules(souvent sur le tail)sans ça,ce ne serait pas un butter.

La rotation du butter compte dans ton tricks...
C'est à dire que si tu pars en arriere,tu fais ton butter pour te retrouver en avant et par exemple un 540°,tu auras donc fait un butter 720°.

Enfin bon c'est pas encore des tricks super developpés...Le flat est surtout,''s'amuser'' en ridant.
C'est pas vraiment interessant de passer une journée à s'entrainer au flat sur une piste...


VIII.Unnatural

Il s'agit d'une rotation effectué dans son sens inverse de rotation (généralement on tourne mieux d'un coté que de l'autre et donc faire le coté ou on est moins fort c'est Unnatural...Il y'a aussi les unnaturals rails(quand on prend un rail du coté ou on le sens le moins)


IX.Reverse


Pour les grabs,tu le fais du meme coté que la rotation(cork 7 reverse safety,tu fais un cork 7 vers la gauche on dit,ben t'attapres ton ski gauche).

Partager cet article

Repost 0
25 septembre 2006 1 25 /09 /septembre /2006 11:10

L'AVALANCHE

  Les avalanches sont parmi les catastrophes naturelles les moins meurtrières. Les accidents majeurs restent exceptionnels, même si la catastrophe de février 1999 à Montroc (Haute-Savoie) montre toute la réalité de ce risque en France. Les accidents sont généralement liés à la pratique des sports d'hiver. La prévision des avalanches reste une science difficile. C'est pourquoi des mesures de prévention et d'information des pratiquants se développent.

Qu'est-ce qu'une avalanche ?

  Une avalanche correspond à un déplacement rapide d'une masse de neige sur une pente, provoqué par une rupture du manteau neigeux. Cette masse varie de quelques dizaines à plusieurs centaines de milliers de mètres cubes, pour des vitesses comprises entre 10 km/h et 400 km/h, selon la nature de la neige et les conditions d'écoulement. Les pentes favorables au départ des avalanches sont comprises entre 30 et 55°. La pente avalancheuse typique est raide, à l'ombre, proche d'une crête et couverte de neige soufflée.

On distingue trois types d'avalanches selon le type de neige et les caractéristiques de l'écoulement.

  L'avalanche de plaque est générée par la rupture et le glissement d'une plaque, souvent formée par le vent, sur une couche faible du manteau neigeux. La zone de départ est marquée par une cassure linéaire. Lorsque la cohésion de la neige est forte, la plaque est dure et composée de blocs de neige. En revanche, lorsque la cohésion est faible, la plaque est friable et les blocs se disloquent rapidement. Deux types de plaques peuvent être distingués : la plaque au vent, peu dangereuse, résultant d'une compression due à la poussée du vent, et la plaque sous le vent, plus dangereuse car mal ancrée à la sous-couche.

L'avalanche de plaque
L'avalanche de plaque

L'avalanche en aérosol : une forte accumulation de neige récente, légère et sèche (poudreuse) peut donner des avalanches de très grandes dimensions avec un épais nuage de neige (aérosol), progressant à grande vitesse (100 à 400 km/h). Leur puissance destructrice est très grande. Leur trajet est assez rectiligne et elles peuvent remonter sur un versant opposé. Le souffle qui les accompagne peut provoquer des dégâts en dehors du périmètre du dépôt de l'avalanche.

L'avalanche en aérosol
L'avalanche en aérosol.

L'avalanche de neige humide : lorsque la neige se densifie et s'humidifie sous l'action de la fonte, au printemps ou après une pluie, elle peut former des avalanches qui entraînent l'ensemble du manteau neigeux. Elles s'écoulent à vitesse lente (jusqu'à 20 km/h) en suivant le relief en ses points bas (couloir, ravin, talus, etc.). Bien que leur trajet soit assez bien connu, elles peuvent être déviées par un obstacle et générer des dégâts dans des zones a priori non exposées.

L'avalanche de neige humide
L'avalanche de neige humide.

Les facteurs aggravants

Une avalanche peut se produire spontanément ou être provoquée par un agent extérieur. Trois facteurs sont principalement en cause :

- l'augmentation du poids, d'origine naturelle (importantes chutes de neige, pluie, accumulation par le vent) ou accidentelle (passage d'un skieur ou d'un animal) ;

- la température : après des chutes de neige et si une période de froid prolongée se présente, le manteau neigeux ne peut se stabiliser. Au contraire, lorsqu'il fait chaud sur une longue période, le manteau se consolide. En revanche, au printemps, la chaleur de mi-journée favorise le déclenchement d'avalanches, car la neige devient lourde et mouillée ;

- le vent engendre une instabilité du manteau neigeux par la création de plaques et corniches.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guigui - dans Sécurité
commenter cet article
25 septembre 2006 1 25 /09 /septembre /2006 11:03

L'échelle européenne des risques d'avalanche

Degré de
danger

Stabilité du manteau neigeux

Probabilité de déclenchement

Conséquences pour les voies de communications et les habitations / recommandations

Conséquences pour des personnes hors pistes / recommandations

 

1
faible

Le manteau neigeux est en général bien stabilisé.

Des déclenchements ne sont en général possibles que par forte surcharge(2) sur de très rares pentes raides extrêmes.
Seules des coulées peuvent se produire spontanément.

Pas de danger.

En général, conditions sûres.

 

2
limité

Le manteau neigeux n'est que modérément stabilisé dans quelques pentes raides(1). Ailleurs, il est bien stabilisé.

Des déclenchements sont possibles surtout par forte surcharge (2) et dans quelques pentes indiquées dans le bulletin.
Des départs spontanés d'avalanches de grande ampleur ne sont pas à attendre.

Guère de danger d'avalanches spontanées.

Conditions favorables, pour la plupart.
La prudence est surtout conseillée lors de passages sur des pentes raides d'exposition et d'altitude indiquées dans les bulletins.

 

3
marqué

Le manteau neigeux n'est que modérément à faiblement stabilisé dans de nombreuses pentes raides(1).

Des déclenchements sont possibles parfois même par faible surcharge(2) et surtout dans de nombreuses pentes indiquées dans le bulletin.
Dans certaines situations, quelques départs spontanés d'avalanches de taille moyenne, et parfois assez grosse, sont possibles.

Des départs exposées mises en danger sporadiquement. Des mesures de sécurité sont à recommander dans certains cas.

Conditions partiellement défavorables.
L'appréciation du danger d'avalanche demande de l'expérience.
Eviter autant que possible les pentes raides d'exposition et d'altitude indiquées dans les bulletins.

 

4
fort

Le manteau neigeux est faiblement stabilisé dans la plupart des pentes raides(1).

Des déclenchements sont probables même par faible surcharge(2) dans de nombreuses pentes raides.
Dans certaines situations, de nombreux départs spontanés d'avalanches de taille moyenne, et parfois grosse, sont à attendre.

Des départs exposées mises en danger pour la plupart. Des mesures de sécurité sont à recommander.

Conditions défavorables.
L'appréciation du danger d'avalanche demande beaucoup d'expérience.
Se limiter aux terrains peu raides / considérer les zones de dépôt d'avalanches.

 

5
très fort

L'instabilité du manteau neigeux est généralisée.

Spontanément, de nombreux départs de grosses avalanches sont à attendre y compris en terrain peu raide.

Danger aigu. Toutes les mesures de sécurité sont à recommander.

Conditions très défavorables.
La renonciation est recommandée.

 

 (1) Le terrain expose au danger d'avalanche est décrites de manière plus détaillée dans le bulletin d'avalanches (altitude, exposition, topographie etc.)

(2) Surcharge: - forte (par exemple skieurs groupés, engin de damage, explosif) - faible (par exemple skieur seul, piéton)

Pentes raides: Des pentes d'inclinaison supérieure à environ 30 degrés Terrain peu raide: Des pentes d'inclinaison inférieure à environ 30 degrés Pentes raides extrêmes: défavorable en ce qui concerne l'inclinaison, la configuration du terrain, la proximité de la crête, la rugosité du sol.

Spontané: sans intervention humaine

Exposition: point cardinal vers lequel est tournée une pente

Exposé: signifie dans ce cas 'particulièrement exposé au danger'

Les degrés de danger sont valable pour tous les Alpes

Il ne faut pas faire un simple état du niveau du risque, du style, risque 2 ou 3 on peut aller partout et 4 on range le matos. Car des courses en risque 3 peuvent être très dangereuses comme certaines en risque 4 le seront beaucoup moins, alors un conseil il faut absolument adapter son comportement en fonction des conditions rencontrées et parfois renoncer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guigui - dans Sécurité
commenter cet article
25 septembre 2006 1 25 /09 /septembre /2006 10:57

Les outils de secours en avalanche
La trilogie : ARVA + Pelle + Sonde

L'A.R.V.A.

L'Appareil de recherche de Victimes d'Avalanche est un émetteur mais aussi un récepteur. Dès que l'avalanche est arrêté, la recherche peut commencer. C'est donc le système de détection le plus rapide, à condition qu'au moins un skieur soit resté hors de l'avalanche et qu'il sache se servir de sons ARVA.

La sonde

Si l'ARVA indique le lieu de la victime, il ne fournit pas d'indication sur sa profondeur. La sonde permet de localiser précisément et avec certitude, le lieu et la profondeur à laquelle se trouve le skieur.

Pour le ou les sauveteurs, cette certitude est une délivrance, tout comme pour la victime pour qui c'est aussi le premier contact avec le monde extérieur. Ce stimuli peut être déterminant pour affronter les longues minutes qu'il reste à attendre.

Le profondeur indique ou commencer à creuser. Plus il faut descendre profond et plus le trou de départ sera large : commencer le trou à une distance égale à la profondeur de la victime. Si vous n'avez pas cette indication, soit vous faites un trou trop gros et vous perdez du temps, soit vous faites un trou trop petit et vous devez ensuite l'agrandir et donc perdre aussi du temps.

La pelle

Essayer une fois de creuser un trou dans la neige avec vos mains ou avec vos ski : c'est désespérément lent . Alors imaginez ce que ce doit être lorsque quelqu'un est en train de s'asphyxier sous la neige.

La pelle est la seule solution pour garder l'avance que vous avez pris avec l'ARVA et la sonde.

Il est aberrant de localiser une victime en cinq minutes et de mettre ensuite une heure pour l'atteindre. 

Choisissez une bomme pelle avec un vrai manche : un peu lourde, certes, mais tellement plus efficace !

Partager cet article

Repost 0
Published by Guigui - dans Sécurité
commenter cet article
25 septembre 2006 1 25 /09 /septembre /2006 10:41

Sécurité dans les Snowparks

 

 

 

 

Lors de l’évolution dans le snowpark, le port du casque et des différentes protections est vivement conseillé.

 

 

La notion de progressivité est primordiale. Il semble incontournable de privilégier le contrôle à l’amplitude de l’évolution.

 

 

 

Règles de sécurité au niveau de la circulation dans le snowpark :

 

 

  1. respecter la signalétique et ne pas la déplacer

     

  2. respecter le sens de circulation dans le park ne pas couper les prises d’élan

     

  3. ne pas stationner dans les aires de réception

     

  4. ne pas couper les prises d’élan (seul ou en groupe)

     

  5. en cas d’accident fermer le module (mettre des jalons en travers ou une personne sur le kick), et faire prévenir les secours)

     

 

 

 

Règles de sécurité au niveau de l’utilisation des modules :

 

 

  1. connaître les différents modules et leur fonctionnement (reconnaître le park se renseigner au travers des parkiers)

     

  2. Utiliser des modules qui correspondent à votre niveau, se référer au code couleur (vert, bleu, rouge, noir) identique a celui des pistes

     

  3. reconnaître chaque module avant son utilisation, c'est-à-dire, passer a coté pour évaluer le niveau de ce dernier et la prise d’élan nécessaire

     

  4. vérifier que la prise d’élan est dégagée avant de sauter et s’annoncer au départ

     

  5. adapter sa vitesse a chaque module

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Guigui - dans Sécurité
commenter cet article
23 septembre 2006 6 23 /09 /septembre /2006 17:34

Pour réserver ta semaine FREESTYLE:

  • Téléphone à l'ESF la plagne 04 79 09 00 40
  • Envoie moi un mail avec les dates du Stage: guiguiroussier@yahoo.fr
  •  
  • Réservation en ligne de l'ESF:




Attention toute réservation par téléphone ou email ne sera définitive qu'après versement d'ahrres!!!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Guigui - dans Réservation
commenter cet article
23 septembre 2006 6 23 /09 /septembre /2006 11:27

Le test ESF SX est un test officiel au meme titre que la Flèche et le Chamois

C’est un parcours technique et ludique tracé sur une pente moyenne et suffisamment large. Il comporte un enchaînement de modules adaptés au terrain tels que virages relevés, whoops, tables, hit,…

Les médailles se déclinent en: SX de bronze, SX d'argent, SX de vermeil, SX d'or pour les plus fort...

 

Ensuite suivant le résutlat du test individuel "Time Trial" on orgarnise un tableau de "Phases Finales" à élimination direct par poules de 4

Le vaiqueur est celui qui passe tous les tours et termine devant ses camarades....

C'est pas forcément celui qui a gangné le time trial...

Partager cet article

Repost 0
Published by Guigui - dans Skiercross
commenter cet article
23 septembre 2006 6 23 /09 /septembre /2006 11:17

Le Freestyle en ski englobe un certain nombre de spécialités plus ou moins distinctes. Ces spécialités ont des caractères communs : elles sont artistiques et acrobatiques. Ce sont donc des disciplines spectaculaires qui sont faites pour être vues par des spectateurs. En compétition, les disciplines du Freestyle sont jugées. C’est en cela que le Freestyle s’oppose au Ski Alpin (chronométré), au Ski de Fond (chronométré), au Saut Nordique (mesuré), ou encore au Kilomètre Lancé (chronométré).

 

 

 

 

Old School

 

 

Le Freestyle existe depuis la création du ski. C’est cependant au début des années 70 qu’il a connu son essor, et que les premières compétitions sont apparues. Les premières disciplines Freestyle ont été crées aux Etats-Unis et furent importées en France par Henri Authier. Ces disciplines étaient les suivantes :

 

 

       Les Bosses (Hot Dog) : descendre dans une piste de bosse avec un maximum de style.

 

 

       Le Saut Acrobatique (Aerial) : réaliser les figures aériennes les plus compliquées sur un tremplin proche de la verticale.

 

 

       Le Ballet (Acro Ski): réaliser des figures sur une piste plate, de faible déclivité, en rythme avec une musique.

 

 

L’ensemble des figures de ces disciplines fait partie de ce que l’on appelle aujourd’hui la technique Old School.

 

 

Les deux premières ont connu une évolution continue et sont actuellement au programme des jeux Olympique.

 

 

La troisième, par contre, a presque totalement disparue.

 

 

Au départ, les compétiteurs pratiquaient les trois disciplines, et les compétitions consistaient en un enchaînement d’une descente dans les bosses, puis d’un passage en ballet et enfin un saut sur un tremplin adapté.

 

 

Les premiers Freestylers ont quitté la rigueur du Ski Alpin pour aller vers des disciplines beaucoup libres telles que le Freestyle. Cependant, l’évolution des Bosses et du Saut Acrobatique et leur arrivée aux Jeux Olympiques ont eu tendance à leur faire disparaître le côté libre.

 

 

 

 

New School

 

 

Dans les années 90, la progression du Snowboard face au ski a permis de faire évoluer les choses.

 

 

D’une part, les constructeurs de ski ont alors crée des skis imitant le snowboard : paraboliques et double spatules, plus faciles à skier, et permettant de skier en arrière. D’autre part, les snowboarders ont fait apparaître de nouvelles possibilités acrobatiques (axes de rotation, half pipe, grabs…).

 

 

C’est alors qu’est apparu le "Freestyle New School". Le snowpark n’est désormais plus réservé aux snowboarders.

 

 

Un grand nombre de figures de la technique New School ont été inspirées du snowboard, c’est pourquoi l’on retrouve les même noms de figures en Freestyle Snowboard et en Freestyle Ski New School.

 

 

Le New School se pratique sur différents terrains, il y a donc également plusieurs disciplines, dont les principales sont les suivantes :

 

 

       Big Air : tremplin de saut

 

 

       Half Pipe : piste en U pour en enchaînement de figures

 

 

       Flat : réalisation de figures sur une piste plate

 

 

       Hand Rail : glisser sur les barrières et autres barres en métal, ski aux pieds

 

 

       Quarter Pipe : tremplin vertical, pour la réalisation de sauts, avec réception dans la courbe du tremplin

 

 

       Hip : tremplin avec réception sur le flan du tremplin

 

 

Certaines de ces disciplines font l’objet de compétitions, appelées "contests". Aujourd'hui, le half pipe connaît une grande évolution ; on assistera bientôt à l'entrée du half pipe en ski aux J.O.

 

 

 

 

Différences entre Old School et New School

 

 

            Avec le New School, les freestylers ont voulu retrouver le côté ludique et libre du freestyle. L’esprit est donc légèrement différent. Pour simplifier, sur un plan technique, en Old School on recherche la perfection du geste et la complexité maximum dans les figures ; en New School, on recherche le maximum de style, avec l’amplitude et la souplesse des mouvements.

 

 

            Les disciplines Old School  sont devenues très athlétiques, alors que les New Frestylers revendique, pour l’instant, une manière ludique et libre de skier. C’est pourquoi le freestyle New School est globalement plus abordable par des skieurs occasionnels.

 

 

Partager cet article

Repost 0
23 septembre 2006 6 23 /09 /septembre /2006 11:04

STAGE FREESTYLE

Voila comment se déoule un semaine Type...

Horaires:  9h15 - 12h15 le matin et 14h00 - 16h30 l'après midi

Dimanche :

                                                               Le matin:            Présentation de la semaine et du vocabulaire New School

 

                                                                                              Ski libre et technique attitude de base et équilibrations

 

                                                               Après midi:       FREESTYLE flat

 

 

Lundi :

 

                                                               Le matin:            FREERIDE  neige tous terrains

 

Neige et Avalanches: RECHERCHE A.R.V.A.

 

Après midi:       FREESTYLE sécurité dans les snowparks et sauts

 

 

                                                               18h00 salle omnisports fondamentaux de l'acrobatie en trampoline

 

 

 

Mardi :

 

                               Le matin:            FREERIDE passages techniques

 

                                                               Après midi:       FREESTYLE grabs et rotations

 

 

                                                               18h00 Information sur le matériel, milieu montagnard et vidéo pro riders

 

 

Mercredi :

 

                                               Le matin:            FREERIDE

 

                                               Après midi:       FREESTYLE Hand rail-fun box

 

 

Jeudi :

 

                                                               Le matin:            FREERIDE

 

                                                               Après midi:       entraînement SKIEURCROSS

 

 

Vendredi :

 

                                                               Le matin:            Test SX: Time trial et phase finale

 

                                                               Après midi:       FREESTYLE

 

 

                                                               Soir 18h00 Remise d’attestation de niveau freestyle et tirage au sort de lots

 

 

 

Samedi :

 

                               Journée FREERIDE de 9h30 à 16h00 (resto, prévoir 15 euros)

 

Le programme est défini par les entraîneurs et peut être modifié suivant les conditions de neige ou les désirs des élèves

Partager cet article

Repost 0